HISTORIQUE DE LA MARQUE ibanez

Pour Ibanez, tout commence en 1908. A cette époque, la société ne s’appelle pas encore Ibanez mais Hoshino Gakki.
Au départ, son acitivié consiste à distribuer des partitions et des accessoires musicaux à Nagoya, au Japon.

En 1929 Hoshino Gakki se lance dans l’import des guitares classiques espagnoles Salvador Ibanez é Hijos, mais dès 1935, elle produit ses propres modèles, sous le nom Ibanez Salvador puis tout simplement Ibanez.

L’ère moderne des guitares Ibanez commence réellement en 1957 avec la fabrication de copies de guitares européennes, telles que Hagström et Eko. Les instruments sont alors fabriqués dans les deux usines de Hoshino Gakki et Teisco qui fermera en 1970.

Dans les années 60, Ibanez produit et exporte vers les Etats-Unis de remarquables imitations de guitares américaines, et plus particulièrement de Gibson, Fender ou Rickenbacker. La sensationnelle qualité de ces copies proposées à des tarifs extrêmement attractifs va pousser Gibson à entamer en 1976 une action judiciaire contre Ibanez qui va alors entrer dans sa période dite Lawsuit.

Après avoir perdu ce retentissant procès en 1978, Ibanez change son fusil d’épaule et va mettre au point ses propres modèles originaux, en commençant par les Iceman (dont Paul Stanley de KISS fera grand usage) et Roadster.
L’intense engouement pour le Hard-Rock, le Heavy-Metal et le Rock instrumental au début des années 80 est déterminant et marque un nouveau départ pour Ibanez qui va s’engouffrer dans une brèche délaissée par ses concurrents. Apparaissent alors de nouvelles guitares aux formes agressives, voire radicales, équipées de manche très fins (destinés à faciliter le jeu véloce des guitaristes virtuoses de l’époque aka Shredders), de touches 24 frettes, de micros ultra puissants ou autres chevalets/vibratos double-blocage.
Ces guitares modernes vont devenir la marque de fabrique de l’entreprise qui s’attache les services des célébrités du moment avec pour principaux ambassadeurs Steve Vai, Joe Satriani ou Paul Gilbert.
Chacun de ces artistes est honoré d’un ou plusieurs modèles signature. Ceci étant, la guitare JEM de Steve Vai fait référence, dans la mesure où elle va servir de plateforme à la guitare RG et ses innombrables déclinaisons.

Une des principales forces d’Ibanez réside dans sa capacité à évoluer, innover et à s’adapter aux nouveaux courants. C’est ainsi que l’entreprise deviendra incontournable en matière de guitares extrêmes, en proposant à l’orée des années 2000 (sous l’impulsion du mouvement Nu-Metal), des guitares électriques 7, 8 ou plus récemment 9 cordes.
Si les modèles Rock figurent en bonne place sur les catalogues Ibanez, il ne faut pas oublier que la firme excelle sur le segment des guitares demi-caisse et Jazz comme le démontrent ses signatures George Benson, Pat Metheny ou John Scofield qui sont des standards incontestables.
En parallèle de sa production Japonaise, Ibanez propose aux Blues et Jazzmen une gamme exhaustive et variée de guitares à caisse à des tarifs plus accessibles (ligne Artcore).

Il est à noter qu’Ibanez est également un des plus gros vendeurs internationaux dans le domaine de la basse et de la guitare acoustique
Enfin, s’il existe un produit qui a contribué à renforcer l’image qualitative du constructeur japonais, c’est bien le Tube Screamer Overdrive. Combien reste-t-il de guitaristes qui n’ont sont pas équipés ? Un petit nombre, sans–doute!

( 568 ) Résultats pour :  Ibanez  Ibanez

Trier par

HISTORIQUE DE LA MARQUE IBANEZ

Trier par
X

Prix X

à

Type d’offres

DISPONIBLE

En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés. En savoir plus.
J'ai compris