• Hotline +33 (0)1 81 93 09 00
  • Nos magasins
  • Mon Compte

Zoom Marques

Femme et pratique des instruments de musique : toute une histoire

Femme et pratique des instruments de musique : toute une histoire

Date : 08 mars 2020

Auteur : elodie watrin



Alors que la musique est universelle, la question du genre dans la pratique d'un instrument de musique pourrait relever de l'antiquité. Et pourtant, certains bons gros clichés collent encore. Profitons de cette journée internationale des droits des femmes pour retracer l'histoire de la place des femmes dans la pratique des instruments de musique.

Soyons honnêtes, il peut encore nous arriver d'être "surpris" de voir un homme jouer de la harpe ou de voir une femme taper un solo de trompette ou de headbanger sur une 8 cordes. Bien sûr, les esprits ont beaucoup évolué et ça reste anecdotique, parce qu'il faut quand même rappeler que dans l'antiquité, la pratique musicale d'une femme était clairement assimiler à la pratique de la prostitution (c'est à dire avoir du charme en publique).

Au Moyen-Âge, la place des femmes dans la musique se développait timidement. Il existait alors quelques musiciennes qui avaient le droit de jouer de la lyre et de frapper dans des tambours. Des femmes troubadours (des trobairitz) composaient et interprétaient même leur propre musique. Puis, l’Histoire a fait un immense pas en arrière. Au fil du temps et des cultures, on a vite relayé la femme et la musique à de la pratique profane ou sacrée ou alors à de la démonstration de bonne conduite. Et fallait pas déconner.

Les instruments à vent étaient proscrits car il fallait placer un bec ou une anche dans la bouche. Beaucoup trop sexuel. La flûte traversière faisait office d'exception car la bouche est posée délicatement sur l'embouchure. En ce qui concerne les percus, mettre le corps en mouvement, faire du bruit ou des mouvements amples, c'était hors de questions pour les femmes de cette époque. Pareil pour tous les instruments à jouer les jambes écartées (comme le violoncelle). Même la harpe devaient être jouée en amazone.

Dans la musique classique, il a fallu attendre les années 1970 pour que les classes de hautbois, clarinette et basson ouvrent leurs portes aux femmes. Et les années 1980/1990 pour qu’elles puissent suivre des cours de trompette, trombone, cor, tuba, etc. Dans les mœurs, il a fallu attendre aussi longtemps pour ne pas craindre d'ouvrir la porte d'un magasin de musique en tant que femme.

De nos jours, les droits sont les mêmes pour les musiciens et musiciennes et pourtant quelques clichés collent encore sur la question du genre.

En effet, la différenciation peut encore se faire par la sonorité. Déjà, de par la voix, les hommes ayant généralement des voix plus graves que la femme. De ce fait, on a tendance à classer inconsciemment les instruments graves dans les mains les hommes et les instruments aiguës dans celles des femmes.

Autre cliché, la morphologie. Les instruments nécessitant de la force ou du souffle pouvant être considérés comme trop difficiles ou non accessibles pour une femme. Les musiciennes qui osent jouer des instruments dits masculins sont donc des «bonhommes». A l'inverse, les instruments dit "délicats" aux sons cristallins n'étant pas virils, ils seront réservés à la gente féminine. Évidemment ceci est une série de clichés, même si il est tout de même important de souligner que la morphologie peut jouer de façon légitime sur le choix d'un instrument (comme certaines guitares et basses dites "pour femmes" plus légères avec un manche plus fin et donc plus accessibles pour les petites mains).

Passons à la professionalisation. Ce choix qui étaient traditionnellement réservé aux hommes résultent sur une domination masculine actuelle.

Donc, regardons le bon côté des choses, la prise de conscience et les mentalités changent et tout cela évolue, que cela soit chez les musicien·nes comme chez les marques. Les freins sont moins nombreux dans le choix d'un instrument, les enfants n'évoluant plus dans un monde de stéréotypes, à nous de ne pas perpétuer les clichés. On rappellera que la maitrise d'un instrument de dépend surtout de la technique, du jeu, de l'équilibre, de l'oreille, la sensibilité... bref des atouts que peuvent avoir les hommes comme les femmes. En somme, choisissez l'instrument de musique que vous voulez !



LIRE AUSSI


Musique au féminin : les marques s'engagent


Guitare St Vincent Signature pensée pour les femmes mais pas que...

NOUVEAU
Star's Music Inside

Le podcast dédié à vos marques préférées

Écouter
En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés. En savoir plus.
J'ai compris